Eurafrica Sahel Sahel Actualites

Mali: processus de paix “sur les rails”, mais la vigilance nécessaire, dit envoyé de l’ONU

La route vers la paix et la mise en œuvre d’un accord pour mettre fin à la violence et de l’instabilité au Mali est plein d’obstacles, l’envoyé des Nations Unies pour le pays aujourd’hui ont dit au Conseil de sécurité, notant que ces difficultés ont été rencontrées plus tôt qu’il ne l’avait prévu.

“Les violations du cessez-le feu ont limité les progrès dans l’application de l’accord”, a déclaré Mongi Hamdi, Représentant spécial et chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation multidimensionnelle intégrée au Mali (MINUSMA), dans son exposé des diplomates du Conseil. “Un temps précieux a été perdu.”

L’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali a été signé en Juin par la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), suivant sa signature en mai par le gouvernement et un tiers, la coalition de la plate-forme de groupes armés.

Le gouvernement malien a cherché à rétablir la stabilité et la reconstruction après une série de revers depuis le début de 2012, y compris un coup d’Etat militaire, la reprise des combats entre les forces gouvernementales et les rebelles touaregs, et la saisie de son territoire du nord par des extrémistes radicaux. Le pays a également été secoué par une série de crises humanitaires.

Depuis son dernier exposé au Conseil de sécurité à la fin de Juin, M. Hamdi a déclaré MINUSMA a dirigé les efforts politiques et militaires pour relever les défis à l’accord de paix.

«D’abord, les ressources militaires ont été dirigés vers la protection des civils dans les Kidal et Anefis,” at-il expliqué. “Deuxièmement, un effort accru a été entreprise pour étudier le mouvement des groupes armés. Troisièmement, et surtout, pour répondre aux violations de la trêve, qui conduisent souvent à graves des droits humains et de violations du droit international humanitaire, je utilisé mes bons offices pour convaincre les parties à respecter leurs engagements et d’éviter une escalade des tensions “.

Il a noté que, à la fin de Août, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a appelé la Plateforme coalition armée de se retirer de Anefis, une commune dans la région de Kidal, dans le nord du Mali où les combats ont été en éruption.

Related Posts