Eurafrica Sahel

Mali: Présidence du Haut Conseil Islamique, Soufi Bilal se résigne

Frustré de voir les tractations de ces derniers jours pour le soutien de la candidature d’Ousmane Madani Haïdara et les pressions visant à retirer la sienne, Cheick Soufi Bilal Diallo partait au 3e Congrès du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) avec le sentiment d’être lésé. Après deux jours de rencontre, les 20 et 21 avril, le guide des Soufi se contente finalement d’un autre poste à défaut de celui de Président de l’institution.

Au 3e Congrès du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), les leaders religieux musulmans ont choisi un nouveau Chef qui succède au charismatique Imam Mahmoud Dicko. Et c’est en la personne de Cheick Ousmane Madani Haïdara que les musulmans maliens se reconnaitront désormais. Celui qui laissait croire que cette fonction ne l’intéressait a pourtant dû batailler pour y accéder. En effet, quelques jours avant le Congrès, son principal challenger, Cheick Soufi Bilal Diallo, avait alerté sur des manœuvres visant à l’imposer sans véritable consensus autour de la question.

« Les chefs sunnites du Mali se sont regroupés au Moutada pour choisir O M Haidara dans un mauvais consensus. J’ai claqué la porte », dénonçait le guide des Soufi le 19 avril dernier.

Les partisans de Soufi Bilal suggèrent de remonter à l’origine de sa candidature pour comprendre sa frustration. D’après ces derniers, leur guide a été encouragé à briguer la présidence du HCIM par les mêmes qui sont après devenus ses compétiteurs. Soufi Bilal n’entendait donc pas se laisser faire. Il a d’ailleurs dû réaffirmer à plusieurs reprises sa volonté de maintenir sa candidature.

« Soyez prêts et luttez contre l’abus de pouvoir et de confiance. Les organisateurs ont tout fait pour donner vainqueur l’un des candidats pour qui ils ont un penchant ». C’était avec cet esprit de combattant que Soufi Bilal participait aux travaux du 3e Congrès du HCIM.

Mais en entre le 21 et 22 avril, l’eau a coulé sous le pont. Après plusieurs jours de résistance, il a finalement retiré sa candidature. Une décision « murement réfléchie au profit de l’unité et la Paix », affirme-t-il dans un message adressé à ses soutiens. Par la même occasion, il présente ses « excuses à tous ceux-là qui pensent être trahis en retirant ma candidature au profit de Haidara ».

A défaut d’accéder à la tête de l’institution fédératrice de tous les musulmans maliens, Cheick Soufi Bilal Diallo a été désigné Président National du bureau de Contrôle du HCIM. C’est en bon perdant qu’il a appelé à l’union pour accompagner le nouveau président de l’institution. « Que chacun soit animé de bonne foi afin d’aider Ousmane Chérif Haidara dans sa nouvelle tâche », a-t-il déclaré.

Related Posts