Eurafrica

La Tunisie affirme que 800 jihadistes de retour ont été emprisonnés ou suivis

La Tunisie a déclaré vendredi qu’elle avait emprisonné ou surveillé de près 800 jihadistes qui sont revenus de champs de bataille étrangers au cours de la dernière décennie.

“Certains sont en prison, d’autres sont en résidence surveillée et d’autres sont sous surveillance étroite”, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani, au sujet des combattants qui sont revenus depuis 2007.

Un peu moins de 3 000 Tunisiens ont rejoint les rangs des groupes djihadistes qui combattent dans la Libye voisine, ainsi qu’en Syrie et en Irak, a déclaré Dahmani.

Les Nations Unies estiment que ce chiffre est de 5 000.

Jeudi, le Premier ministre Youssef Chahed a déclaré que tous les jihadistes revenant des combats à l’étranger seraient immédiatement arrêtés et jugés conformément à la loi antiterroriste du pays.

Chahed a déclaré que les autorités avaient “des listes de tous les terroristes [tunisiens]” et “toutes les données sur eux”.

La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, Hedi Majdoub, a déclaré au Parlement que 800 jihadistes étaient déjà revenus de la ligne de front.

L’inquiétude au sujet de leur retour a augmenté depuis que le Tunisien Anis Amri, 24 ans, a été identifié comme l’attaquant soupçonné qui a tondu 11 personnes sur un marché de Noël de Berlin la semaine dernière, et a également tué le conducteur.

Les Tunisiens se sont rassemblés en dehors du parlement le week-end pour protester contre le fait de permettre aux jihadistes de retourner dans le pays.

Related Posts