Eurafrica

Président Burundi accepte de tenir des pourparlers

Bujumbura – Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza a accepté de tenir des pourparlers pour mettre fin à une crise de 10 mois, le secrétaire général Ban Ki-moon, a déclaré mardi, mais le principal groupe d’opposition a rejeté le plan comme une “fausse ouverture”.

Après une rencontre avec Nkurunziza ainsi que le gouvernement et certains politiciens de l’opposition, M. Ban a déclaré que toutes les parties avaient convenu de «dialogue inclusif» et que le président “, a confirmé, qu’il engager un dialogue politique.”

Mais heures plus tard, le groupe parapluie d’opposition influente CNARED – dont les dirigeants sont en exil – a rejeté parler de négociations, irrité par tentative apparente de Nkurunziza de choisir qui doit participer.

“Ce dialogue concerne tous les Burundais, sauf ceux qui sont engagés dans des actes de déstabilisation”, a déclaré Nkurunziza après la visite de Ban, incitant CNARED d’accuser le président d’être malhonnête.

“Il est une fausse ouverture parce que, en effet, le président a dit le Secrétaire général de l’ONU qu’il accepte un dialogue inclusif et veut tout de suite après pour choisir ses interlocuteurs, accusant certains d’atteinte à la sécurité”, a déclaré le président CNARED Leonard Nyangoma AFP.

“Il dit une chose et son contraire”, a déclaré Nyangoma. “Il est clair Nkurunziza ne veut pas de véritables négociations pour ramener la paix au Burundi.”

Nyangoma a ajouté que la Cour pénale internationale doit ouvrir une enquête sur les “nombreux crimes contre l’humanité commis par les forces de Nkurunziza”.

Bien au Burundi le chef de l’ONU a appelé les dirigeants politiques du pays “pour le courage et la confiance qui fera un processus politique crédible possible,” a déclaré M. Ban.

Related Posts