Eurafrica Maghreb Maghreb Actualites

Président nigérian avertit de la Libye “bombe à retardement”

Strasbourg – Le président nigérian Muhammadu Buhari a exhorté la communauté internationale, mercredi, pour mettre fin à la crise en Libye, avertissant qu’elle créait une “bombe à retardement stratégique» pour l’Afrique et l’Europe.

Dans un discours au Parlement européen, Buhari a déclaré la situation au sud de la Libye Lawless était particulièrement alarmante car elle a été la création d’un flux d’armes qui affectent le Nigeria et d’autres pays.

Buhari se bat pour mettre fin à une insurrection sanglante de six ans au Nigeria par le groupe islamiste Boko Haram, qui est estimée avoir causé la mort de 17 000 personnes et forcé plus de 2,6 millions d’autres à fuir leurs maisons.

Dans la dernière année, le groupe a étendu sa portée au-delà des frontières du Nigeria, en intensifiant les attaques au Niger, au Tchad et au Cameroun.

La Libye a été saisie par le chaos depuis la révolution de 2011 qui a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi, avec deux administrations rivales qui détient actuellement le balancement et le groupe Etat islamique à la hausse.

«Je tiens à exprimer notre profonde préoccupation devant la situation alarmante dans le sud de la Libye qui est en train de devenir une bombe à retardement stratégique pour l’Afrique et même en Europe”, a déclaré Buhari députés dans la ville française de Strasbourg.

“Le sud ungoverned du sud de la Libye est devenue un bazar … des armes qui menacent la sécurité de la région du Sahel ainsi que la région de l’Afrique du Nord et au-delà.

“Nous devons donc intensifier nos efforts pour trouver une solution durable à la crise libyenne.”

L’UE et l’ONU appuient les efforts pour former un gouvernement d’union nationale en Libye, mais cela a été en proie à des problèmes.

Depuis 2014 la Libye a eu deux gouvernements et les parlements, avec les autorités reconnues sur la base dans la ville orientale de Tobrouk et une autorité de milice adossés à Tripoli.

À la mi-Décembre, seule une minorité de législateurs des deux parties ont signé un accord soutenu par l’ONU pour unifier le gouvernement dans la nation d’Afrique du Nord riche en pétrole.

Related Posts