Afrique Centrale Afrique Centrale Actualites Eurafrica

ONU: Sud-Soudan chefs rivaux se qualifient pour des sanctions

Juba – Le président du Soudan du Sud et un chef rebelle deux sanctions de mérite parce que leurs troupes ont ciblé des civils et violé la loi internationale, un groupe d’experts de l’ONU affirme dans un nouveau rapport obtenu par l’Associated Press.

Le rapport appelle également à un embargo sur les armes à ce pays riche en pétrole mais économiquement dévasté où l’ONU dit des dizaines de milliers de personnes ont été tuées depuis que les combats ont éclaté en Décembre 2013.

Le groupe d’experts a constaté que, malgré l’accord de paix signé par le président Salva Kiir et le dirigeant rebelle Riek Machar en Août, les violations des droits de l’homme, y compris la torture, la violence sexuelle, les exécutions extrajudiciaires et le recrutement d’enfants soldats, ont continué “sans relâche et en toute impunité ».

“Il ya des preuves claires et convaincantes que la majorité des actes de violence commis au cours de la guerre, a été réalisé par ou entrepris avec la connaissance des individus supérieurs aux plus hauts niveaux du gouvernement et dans l’opposition”, indique le rapport.

Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, a exhorté lundi l’Union africaine pour résoudre la panne du Sud-Soudan la semaine dernière de respecter un délai à établir un gouvernement de transition d’unité nationale, une étape clé dans la mise en œuvre l’accord de paix.

État de délabrement

Le nouveau rapport dépeint la guerre civile comme des tribus concurrentes enfermés dans une lutte pour le pouvoir politique et le gain personnel.

Dans l’État de l’Unité, le panneau accusé hauts commandants militaires de Kiir, dont le chef d’état-major général Paul Malong et le directeur général du bureau de la sécurité intérieure, Akol Kur, de la planification et l’exécution d’une campagne de «terre brûlée».

Lors d’un incident en Octobre, environ 50 hommes ont été emmenés par les forces gouvernementales affiliés et tués, leurs corps jetés par une route. Le personnel des Nations Unies “situé et photographié les corps, déjà dans un état de délabrement avancé, neuf jours plus tard,” dit le rapport.

Related Posts